p'tites racailles

Le blog de deux ados de 16 et 19 ans

Le chat Bidule pionce octobre 21, 2012

Filed under: Olive — Juan S. @ 9:41

Juan: « mais que fait il ? »
Olive: « Il pionce »
Juan: « et bien… »

20121021-214414.jpg

Publicités
 

7 Responses to “Le chat Bidule pionce”

  1. Solanden Says:

    Celui-là, il a vraiment dressé ses maitres…

    • waroutcho Says:

      Baudelaire :
       » amis de la science et de la volupté, ils cherchent le silence et l’horreur des ténèbres  » .

  2. SR42 Says:

    Il a l’air d’avoir bien profité depuis cet été, même si le véto n’était pas très optimiste quant à sa survie.

  3. zigo Says:

    Oh dis donc, c’est plus une petite « crotte », là. Les chats dorment comme ils font le reste : jamais à moitié. Dors bien, Bidule. Et profite encore mieux de ta vie … et de tes « maîtres » (heu …)

  4. petite plume perdue... Says:

    Il est magnifique déguisé en saucisson !
    Plus sérieusement, le chat Bidule me paraît en pleine forme avec son beau poil brillant… Il est tiré d’affaire, n’est-ce pas !
    Quel âge a-t-il maintenant, 3 mois ?

    ***

  5. petite plume perdue... Says:

    N’empêche qu’il est agréable d’avoir de tes nouvelles de temps en temps, gentil Bidule !
    Tu sais, je dois te dire que tu me rappelles une petite histoire dont je tire une certaine fierté. Il y a quelques années, j’ai pu sauver une jeune maman chatte égarée avec ses trois petits tout juste sevrés. Ils débarquèrent tous les quatre dans mon jardin… en ville, un jour de printemps ensoleillé. Affamés et terrorisés, je me souviens qu’ils miaulaient doucement comme pleure un enfant quand son petit cœur est meurtri devant l’indifférence. Impossible de les approcher, de les toucher, ils étaient bel et bien sauvages.
    Que voulais-tu que je fasse !… Je les ai nourris et abreuvés puis nous avons fait connaissance, patiemment, tendrement, durant de longues semaines ; Je leur parlais toujours sur un ton doux et monocorde pour ne pas les effrayer, pour les apprivoiser.
    Sans doute visitaient-ils le quartier à leurs moments perdus, les garnements… mais ils revenaient toujours à la même heure d’un même pas, m’appelaient d’une voix unanime et s’installaient bien rangés les uns contre les autres, prêts à en découdre à l’instant où je poserais la gamelle commune à terre.
    De quatre pauvrets craintifs n’ayant que le poil sur les os, ils sont devenus au cours du temps quatre magnifiques matous câlins et heureux de vivre.
    Devant m’absenter pour plusieurs mois, je réussis à les faire adopter par une famille sans reproche, un peu comme la tienne, avec couettes, gamelles et canapés à tous les étages ! Dors tranquille gentil Bidule…

    Il m’arrive de songer qu’il y a parfois de tes congénères qui sont bien plus nantis que certains des miens, mais tu n’y peux rien et moi non plus…

    ***

  6. Sylvie75 Says:

    Votre chat « souris », Juan….pour un chat c’est le comble du bonheur !(fôte d’orthographe volontaire).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s